Nikonos III

NIKONOS par Gilbert

Nikonos III . Ce nom évoque à lui tout seul le bleu de la mer Egée avec son ciel bleu et ses petits ports faits de maisons blanchies à la chaux. On songe à Mykonos,Samos ,Naxos ,à des vacances de rêve. Il s’agit en réalité , d’un des plus célèbres appareils pour la photographie sous-marine de tous les temps.
Historique :la photographie sous-marine voit le jour au début du vingtième siècle mais se développe vraiment avec l’arrivée des premiers scaphandres autonomes et ce, juste après la seconde guerre mondiale. On utilisait jusqu’alors des appareils normaux protégés par un caisson étanche aussi lourd que peu maniable; il suffit d’examiner le caisson dédié au Rolleiflex pour s’en convaincre ! Le commandant Cousteau avec un ingénieur belge jean de Wouters, mettent au point en 1956 le premier appareil photographique sous-marin qu’ils nomment Calypso Phot et qui sera breveté en 1959 par la société française Spirotechnic. Très peu de temps après, le brevet sera racheté par la firme Nikon qui améliorera le boîtier et lui dédiera des optiques spécifiques. La saga des Nikonos venait de naître ! La firme ne cessera d’améliorer le boîtier au fil des ans avec un succès commercial au niveau mondial jusqu’à James Bond qui l’utilise dans le film “Opération Tonnerre” ! la fabrication de ce type d’appareil se terminera avec le Nikonos RS ,sorte de Nikon F4 sous-marin dont la fabrication cessera en 1996. De nos jours, avec les boîtiers numériques, Nikon est revenu à la technique du caisson étanche. Notre Nikon III se situe au milieu de la saga. Il est le dernier à garder la forme de la Calypso d’origine , fait son apparition en 1975 et sa fabrication cessera en 1983.
L’appareil : c’est un appareil entièrement mécanique en fonte d’aluminium de taille conséquente ,aux dimensions suivantes : 140mm X 95mm X 70mm et d’un poids conséquent de 800g avec son objectif standart.(n’oublions pas que dans l’eau il nous paraîtra beaucoup moins lourd!).Il utilise le film 35mm et donne des négatifs au format 24X36mm. Le viseur est de type Galilée .Il est collimaté pour les différentes focales utilisables et se révèle extrêmement lumineux.Toutes les parties mobiles sont rendues étanches avec des joints de caoutchouc.Nikon vendait des joints supplémentaires ainsi que de la graisse au silicone pour l’entretien . L’obturateur est mécanique et les vitesses vont de 1/30ème de seconde jusqu’au 1/500ème de seconde. sans oublier la pose B. Le bouton des vitesses est solidaire du levier d’armement et comporte le sigle R en rouge qui est la position du débrayage de l’obturateur,nécessaire pour rembobiner le film. L’armement est particulier: au repos, le levier d’armement est sorti et pour armer l’obturateur on pousse le levier vers soi avec son index et non le pouce ,le compteur avançant automatiquement.Pour déclencher il suffit de pousser à nouveau le levier vers soi ,la course étant très petite cette fois-ci. On utilise la manivelle de rembobinage qu’après avoir choisi la position R (en rouge) sur le bouton des vitesses.Le Nikonos III est à objectifs interchangeables : 2,8:15mm – 3,5/28mm-2,5/35mm (standart)et 4/80mm. ils portent la dénomination Nikkor UW pour under water (sous l’eau en Frais).Notons qu’on peut utiliser les 35mm et 80mm hors de l’eau;ce qui n’est pas le cas des autres focales dont la formule optique a tenu compte de l’eau . Le 2,5/35mm est une réussite optique et a fait la réputation des Nikonos à lui seul.Personnellement,je l’ai utilisé hors de l’eau et les résultats sont fantastiques.Pour ôter une optique,il faut tirer fort à cause du joint puis dévisser.On peut utiliser un flash F104 spécialement dédié étanche qu’on relie sous le boitier avec une prise également étanche. Attention,ce boîtier s’adresse aux plongeurs photographes qui ont de l’expérience! En effet,le boîtier ne comporte aucune cellule pour mesurer la lumière ni de télémètre pour mesurer la distance !On choisit la vitesse ,l’ouverture (bouton noir à droite de l’objectif) et la distance (bouton argenté à gauche de l’objectif) au pifomètre!!! Certes,il a existé une cellule étanche indépendante mais en tout cas pas de télémètre étanche du moins à ma connaissance.
Conclusion: le Nikonos III fait partie de cet ensemble de chez Nikon dont la réputation aura fait le tour du monde. Il n’est pas un plongeur sous-marin qui n’ait pas utilisé au moins une fois un Nikonos dans sa vie . Excellent appareil pour faire des photographies sous la neige;la grêle ou la pluie! Côté collection, c’est un appareil recherché car rare en bon état (le sel de mer ça abîme!,ça ronge!).Sa côte sur eBay: entre 300 et 400 euros avec l’objectif standart.